Cet arbre-oiseau « Arburcellu » est arrivé à la 4e place au concours de l’arbre européen de l’année 2019.

« Un air de rapace protecteur aux ailes d’écorce déployées … » Ce serait un incendie qui aurait sculpté ce chêne liège, situé à Ghisonaccia en Haute-Corse, son cœur calciné en témoignant. « Un sentiment de protection grandit quand on s’approche de ses ailes, et, fugace, disparaît déjà après quelques pas ». L’arbre-oiseau, dont l’âge est estimé entre 200 et 230 ans, est bien mystérieux. C’est d’ailleurs l’arbre de l’année français 2018 qui a conquis le public. Exposé aux intempéries, le chêne reste fragile mais il peut compter sur la bienveillance de tous ses protecteurs pour animer encore longtemps ce morceau de paysage corse. Au premier rang de ce concours européen mettant l’arbre sur le devant de la scène, on retrouve l’amandier des monts enneigés de Pécs, en Hongrie. En seconde place, le chêne d’Abramtsevo en Fédération de Russie, puis le chêne séculaire de Monte Barbeiro au Portugal.

230

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *