Tous les articles par cf

Un webinaire sur les stations météo connectées

La société Compo Expert organise un prochain webinaire le 23 juin
à 14 h ayant pour thème : « Station météo connectée : anticipez les prises de décisions pour vos gazons avec cet outil moderne d’aide à la décision ».

Compo Expert a signé un partenariat avec l’entreprise Isagri pour proposer la station météo connectée Météus aux gestionnaires de terrains de sport, d’espaces verts, de parcs et jardins, d’hippodromes, de parcours de golf. Dans ce webinaire, vous découvrirez l’intérêt de cette station météo, son application smartphone dédiée, son mode de fonctionnement, les données qu’elle enregistre (historique, conditions en temps réel, prévisions jusqu’à 10 jours) et un système de notifications et d’alertes inédit afin de pouvoir prévenir les stress liés à un épisode caniculaire, au manque de lumière, à un stress hydrique, ou encore nous guider sur la date d’apport idéale du premier ou du dernier passage d’engrais de l’année.

Pour s’inscrire : https://www.surveymonkey.de/r/KHRTZGB

Domaine de Chantilly : “Le monde dans mon jardin”

Les prochaines « Journées des Plantes de Chantilly » se dérouleront du 9 au 11 octobre 2020 et auront pour thème « Le Monde dans mon jardin ».

Les Journées des Plantes de Chantilly réunissent deux fois par an passionnés de jardin et curieux de nature dans le cadre majestueux du parc du Château de Chantilly. Un rendez-vous incontournable qui rassemble plus de 200 pépiniéristes et exposants parmi les plus prestigieux d’Europe.

L’édition du printemps n’ayant malheureusement pas pu avoir lieu cette année, les équipes sont désormais mobilisées pour l’organisation d’une magnifique édition d’automne qui rassemblera tous les passionnés.

Les dates à noter pour cet automne : les Journées des Plantes de Chantilly se dérouleront du 9 au 11 octobre 2020.

Plébiscité par les exposants, le thème qui était prévu pour le printemps sera donc repris pour le prochain rendez-vous : Le Monde dans mon jardin.

For-Eval : une application pour la gestion durable des sols en forêt

Pour aider les gestionnaires à identifier les forêts les plus vulnérables aux évolutions de pratiques et du climat, les scientifiques d’INRAE et de l’ONF ont développé l’application mobile For-Eval. 

Pour aider les gestionnaires à identifier les forêts les plus vulnérables aux évolutions de pratiques et du climat, les scientifiques d’INRAE et de l’ONF ont développé l’application mobile For-Eval (pour Forêt & Évaluations). Elle permet d’évaluer la sensibilité des sols forestiers français en s’appuyant sur des indicateurs écologiques, avec pour objectif de promouvoir une gestion durable des forêts à l’aide de diagnostics simples, réalisables sur le terrain.

« Environ 50% des énergies renouvelables sont issues de la biomasse, et essentiellement du bois. Lors des récoltes de bois-énergie, il est possible que les rémanents (branches, feuillages, voire souches), autrefois laissés sur place, soient exportés de la parcelle pour simplifier et limiter le coût des chantiers (récoltes dites par « arbres entiers »). Or, cette pratique peut appauvrir les sols en interrompant le recyclage naturel des nutriments. Comment gérer au mieux ces récoltes ? Comment ne pas mettre en péril la durabilité des écosystèmes forestiers ? Pour répondre à ces questions, il est important de connaître la sensibilité du sol ».

Des réflexions dont s’inspirer pour les municipalités qui gèrent des forêts communales, mais aussi pour la gestion durable des groupements végétaux dans nos villes et nos villages, tels que de petits bosquets arborés ou encore des massifs arbustifs.

 

Source : INRAE et ONF

Le jardinage : une activité qui participe au bien-être mental

Une étude américaine montre que l’activité de jardinage est l’une de celles qui procure le plus de bien-être mental. Offrir des jardins partagés aux habitants est donc gage d’une population en bonne santé ! 

© Briis-sous-Forges

« L’Université de Princeton (États-Unis) a mené une étude auprès de 370 personnes vivant à Minneapolis et portant sur 15 activités. Le bien-être émotionnel des individus a été mesuré à travers un sondage et une application sur smartphone dédiée à l’état émotionnel des individus. Parmi les 15 activités étudiées : le vélo, la marche, les sorties pour prendre un repas, le jardinage, le fait de rester chez soi ou encore les déplacements en voiture » révèle Val’hor.

Les résultats appuient le rôle positif du végétal sur le mental des populations. En effet, le bien-être émotionnel lié à l’activité de jardinage, où l’on prend soin de végétaux, serait du même d’ordre que lorsque l’on marche ou que l’on fait du vélo.

La phrase de Dominique Ramard

 

Dominique Ramard

« La question du changement climatique est aussi un enjeu de santé publique. Avec de fortes chaleurs de plus en plus fréquentes dans les mois et années à venir, il est nécessaire de s’adapter à ces périodes de canicule en réduisant les îlots de chaleur urbains et en proposant davantage d’îlots de fraîcheur pour la population. Pour cela, l’ombrage et l’effet de régulation thermique offerts par les végétaux les placent sur le devant de la scène. Il est primordial, dans nos choix d’aménagement, de donner davantage de place au végétal, et même une place centrale, celui-ci agissant comme un climatiseur naturel. A ce titre, les arbres de haut jet, tels que des tilleuls et des chênes, à la canopée dense, sont particulièrement efficients. Finalement, la question de la santé recoupe largement la qualité du cadre de vie : il s’agit d’allier bien-être des populations et intégration du végétal » milite Dominique Ramard, maire de Saint-Juvat et conseiller régional de Bretagne en charge du plan régional santé-environnement.

Des massifs estivaux réalisés à temps

Vos massifs estivaux ont-ils pu être mis en place à la date prévue initialement ?

Suite à la période de confinement qui a réduit les équipes afin de respecter les mesures de distanciation sociale, on pouvait s’attendre à un retard, voire une annulation, de la mise en place des massifs estivaux. Or, il semble que les communes gardent comme priorité le fleurissement, notamment pour redonner du baume au cœur aux habitants après cette période difficile et offrir un cadre de vie et de vacances de qualité. Ainsi, la moitié des communes répondantes a mis en place à la date prévue leurs massifs estivaux de plantes fleuries. La seconde moitié a légèrement différé leur plantation (1 à 3 semaines) afin de gérer, en premier lieu, les urgences liées à la diminution des effectifs durant la période de confinement (désherbage de la voirie et des cimetières, tonte des parcs et jardins en cœur de ville…).

7 250

Comme le nombre d’euros collectés par l’Association française du sapin de Noël naturel (AFSNN) pour l’Institut Pasteur, afin de contribuer à la lutte contre le virus.

Face à la pandémie de Covid-19, l’Association française du sapin de Noël naturel (AFSNN) a appelé l’ensemble de ses membres à se mobiliser afin de contribuer, à leur niveau, à la lutte contre le virus.

Conscients de compter parmi les professionnels de l’horticulture ayant peu souffert des conséquences économiques d’une crise sanitaire qui a durement frappé le marché du végétal en plein printemps, les membres de l’association ont souhaité s’engager dans une action de solidarité.

Les efforts de recherche, indispensables à la prévention et au traitement des maladies, se concentrent actuellement sur la lutte contre cette pandémie mondiale qui réclame des moyens accrus. Ils permettront, à terme, le développement de vaccins ou de thérapies pour prévenir ou soigner de futures infections dues au Covid-19. C’est pourquoi, l’association a lancé un appel aux dons auprès de l’ensemble de ses membres afin de soutenir les actions de l’Institut Pasteur.

Les travaux menés par des organisations telles que l’Institut Pasteur sont d’une importance capitale pour lutter efficacement contre le développement et la transmission de maladies comme le Covid-19.

Les producteurs de sapins de Noël français ont répondu nombreux à l’appel de leur association, l’AFSNN. Aujourd’hui, ce sont 7 250 euros de dons qui ont été enregistrés. Cette contribution globale, qui reflète l’union et le devoir de solidarité des producteurs français, a été transmise à l’Institut Pasteur le 25 mai 2020.

Les espaces verts, une priorité pour les électeurs.

Au lendemain du confinement et à quelques jours des élections municipales, l’Observatoire des Villes Vertes a interrogé les Français sur leur rapport aux espaces verts publics, en lien avec YouGov. Le constat est sans appel : 7 Français sur 10 (69 %) déclarent que les espaces verts publics leur ont manqué durant le confinement. Et, à l’approche du second tour des élections municipales, accorder plus d’importance aux espaces verts dans la ville doit être une priorité pour 8 Français sur 10 (78 %). Ainsi, il semble que les espaces verts publics soient devenus l’une des priorités pour les électeurs…

« Le confinement aura éloigné de nombreux citadins français du végétal durant plus de deux mois. Cette absence n’aura pourtant pas fait oublier aux Français les atouts et bénéfices que leur procurent les espaces verts au quotidien ; bien au contraire. Les appels à la réouverture des parcs et jardins publics lors de la première phase du déconfinement ont mis en lumière un besoin de nature renforcé par plusieurs semaines d’isolement, mais aussi le rôle majeur que les espaces verts jouent au sein de la ville pour répondre à des attentes personnelles et collectives ».

Arbre de l’année 2020 :
prolongation des dépôts de candidature

En raison des derniers évènements liés au Covid-19, le dépôt des inscriptions au concours « L’arbre de l’année » a été prolongé jusqu’au 24 août 2020.

L’aventure du Concours Arbre de l’année a marqué son retour avec l’ouverture des inscriptions de l’édition 2020 en mars dernier. En raison des derniers évènements liés au Covid-19, le dépôt des inscriptions a été prolongé jusqu’au 24 août 2020.

Le but est de présenter un arbre qui compte pour vous dans votre quotidien, celui des habitants, et de présenter une candidature sur le site dédié.

Individuellement ou en groupe, prenez trois photos, puis décrivez son histoire en quelques lignes, ainsi que ses caractéristiques esthétiques, biologiques et historiques…

En septembre, le jury sélectionnera les candidats. Il est composé du magazine Terre Sauvage, de l’Office national des forêts, de l’association A.R.B.R.E.S, de la LPO et de l’Agence des espaces verts de la Région Ile-de-France.

S’émerveiller à nouveau
tout en respectant la nature

© LPO

Suite au déconfinement, la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO) recommande la plus grande vigilance vis-à-vis de la faune et la flore sauvages, qui s’étaient habituées à vivre sans nous…

Le retour partiel à la vie professionnelle et aux loisirs pour des millions de citoyens risque de provoquer la destruction involontaire d’animaux et de plantes sauvages qui ont investi certains espaces pendant le confinement. La LPO recommande la plus grande vigilance, en préconisant plusieurs actions à véhiculer auprès de vos habitants :

– « évitez au maximum de fréquenter les hauts de plage, les dunes de sable, les berges de cours d’eau et soyez attentifs à la présence d’espèces que vous pourriez déranger en pleine période de reproduction. Respectez les dispositifs de protection mis en place pour les protéger ;

– restez sur les sentiers balisés en forêt, en montagne et sur le littoral, et tenez les chiens en laisse ;

– levez le pied au volant et demeurez vigilants quant à la présence d’animaux sur les routes ;

– laissez une partie de vos espaces verts s’ensauvager en retardant la tonte des pelouses et la taille des végétaux, en particulier les haies et les arbres qui abritent une grande biodiversité ;

– vérifiez que des animaux ne se sont pas installés avant de redémarrer des activités sur des chantiers, des bâtiments inoccupés, des terrains de sport, des aéroports, des établissements scolaires… ;

– en cas de découverte d’un animal sauvage blessé ou vulnérable, prenez conseil auprès de spécialistes afin de ne pas commettre d’erreur fatale en tentant d’intervenir. Toutes les informations sont accessibles sur le site de la LPO : https://lpo.fr/oiseaux-en-detresse/les-gestes-qui-sauvent