Archives de catégorie : Climats & plantes

Tonte différenciée : optimisez vos temps de gestion

La tonte représente un poste important en termes de temps d’entretien des espaces verts, tendance d’autant plus affirmée que les surfaces à gérer augmentent dans la plupart des communes pour répondre au besoin croissant des habitants de plus de nature. La mise en place d’une tonte différenciée des espaces enherbés est alors la solution pour optimiser le temps d’entretien et diminuer les coûts, tout en favorisant la biodiversité !

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro de Mai 2019, abonnez-vous

La biodiversité comme fil conducteur

En Lozère, au cœur du Parc National des Cévennes, le village de Saint-Privat-de-Vallongue, d’à peine 230 âmes, vient d’être élu “Meilleur village pour la biodiversité 2018” par l’Agence Française pour la Biodiversité (AFB). Une belle reconnaissance pour une démarche globale et totale menée par la municipalité, face à un climat et à une nature qui se modifient, chaque jour, un peu plus…

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro de Janvier 2019, abonnez-vous

Des vignes fleuries pour Ribeauvillé

Nichée au cœur du vignoble alsacien et du Parc Naturel Régional des Ballons des Vosges, Ribeauvillé, ville 4 fleurs depuis 1983, est très attachée à ce patrimoine naturel et paysager. C’est pourquoi la municipalité mène une véritable démarche environnementale, “de A à Z”, qui implique tous les acteurs de la société civile et, notamment, les viticulteurs qui sculptent ces paysages et font vivre le territoire.

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro d’Octobre 2018, abonnez-vous

La gestion différenciée, renouveau pour Jallans

Dans l’Eure-et-Loir, à 10 minutes de Châteaudun, le village de Jallans, installé sur le plateau beauceron, voit progressivement son identité routière s’effacer au profit d’une végétalisation  de ses espaces, grâce à un plan de gestion différenciée. Le fil conducteur ?
La gestion et la préservation de la ressource eau, permettant par la même occasion de renouveler le cadre de vie des habitants.

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro d’Août-Septembre 2018, abonnez-vous

Des fleurs pour les abeilles

Au cours des vingt dernières années, les populations d’abeilles ont subi des pertes spectaculaires, jamais observées auparavant. Face à cela, Val’hor organise, du 15 au 24 juin, la 2e édition de la ‘Semaine des fleurs pour les abeilles’. En partenariat avec l’Observatoire Français d’Apidologie, cette opération d’envergure vise à offrir de la nourriture aux insectes pollinisateurs et aux abeilles durant l’été.

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro de Juin-Juillet 2018, abonnez-vous

Permaculture : des techniques pour la fertilité des sols

“Prendre soin de la Terre” et “prendre soin des humains”, voici deux des principes éthiques de la permaculture, approche globale qui trouve aujourd’hui nombre de partisans. La question du sol y est primordiale, dans une logique de production qui ne doit pas épuiser la nature. Inspirons-nous de ces concepts pour respecter les sols, support de la végétation et réserve de biodiversité, dans une approche durable favorisant l’économie locale.

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro de Mai 2018, abonnez-vous

Plantes messicoles : agir pour la biodiversité

Appelées les compagnes des moissons, les plantes messicoles, espèces spontanées propres aux cultures céréalières, participent
à la biodiversité de nos milieux. Les pratiques culturales
des dernières décennies ont amené à un déclin de celles-ci,
alors qu’elles rendent de multiples services environnementaux.
Pour répondre à ces enjeux de préservation, les collectivités
ont un rôle à jouer. Focus.

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro de Mars 2018, abonnez-vous

La loi Gemapi, agir à l’échelle des bassins versants

Entrant en vigueur au 1er janvier 2018, la loi Gemapi concentre
dans les mains du bloc communal les compétences, aujourd’hui morcelées, de gestion des milieux aquatiques et de prévention
des inondations. Elle encourage le transfert des compétences
à des structures techniques agissant à une échelle de territoire
plus grande, la gestion de l’eau et des inondations
s’inscrivant dans un fonctionnement global.

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro de Février 2018, abonnez-vous

Muttersholtz, Capitale Française de la Biodiversité

Petite commune de 2 040 habitants, Muttersholtz vient d’être élue Capitale Française de la Biodiversité devant de grandes agglomérations comme Strasbourg. Une belle reconnaissance de toutes les actions menées localement depuis longtemps en faveur
d’un développement urbain durable où la biodiversité est reine.

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro de Janvier 2018, abonnez-vous