Archives de catégorie : Fleurs & plantes

Rosiers : des nouveautés tout en beauté !

Connus et reconnus pour leur incroyable caractère florifère, apportant couleur et gaîté, les rosiers sont véritablement au goût du jour. A en croire les nombreux gestionnaires communaux déjà convaincus, les rosiers offrent tout ce que l’on peut attendre d’eux : longues et abondantes floraisons, rusticité, résistance aux maladies, tout cela en ne demandant, en moyenne, qu’une intervention par an !

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro de Mars 2019, abonnez-vous

Bulbes : collection printemps/été, de la nouveauté !

Des mélanges à base de bulbes et d’annuelles qui attirent les insectes pollinisateurs existent, tout en proposant un beau rendu visuel.

Dans la tendance actuelle de diversification du fleurissement communal, les bulbes sont tout trouvés pour illuminer vos massifs de couleur et de fraîcheur. Avec une inépuisable diversité et des floraisons s’échelonnant au fil des saisons, ceux-ci correspondront à toutes vos thématiques de fleurissement, mais aussi à vos compositions et espaces plus ‘naturels’, propices à la biodiversité.

Bulbes d’automne ou bulbes de printemps, botaniques ou horticoles, seuls ou en mélanges prêts-à-planter… il existe une telle diversité que chacun peut trouver chaussure à son pied ! Avec des hauteurs variées (de 10 cm à 2 m), des floraisons étalées toute l’année, des couleurs et des formes de fleurs et de feuillages diversifiées, vous pourrez composer des massifs pérennes, se mariant à merveille avec des vivaces, arbustes ou graminées. En apportant de la verticalité grâce à leurs tiges florales dressées, les bulbes pimentent également vos grandes surfaces enherbées, dans les parcs, jardins mais aussi prairies naturelles, créant alors surprises et contrastes, qui attirent l’œil des passants. Qui plus est, ce “fleurissement” simple et esthétique ne demande que peu d’entretien. Crocus, jacinthes, narcisses, tulipes, alliums, iris, lis, dahlias… voilà de quoi diversifier vos massifs et vos espaces verts divers !

Le dahlia simple ‘Nirvana’, à fleurs de pivoine, est très florifère et attractif pour les insectes pollinisateurs. Ses fleurs s’organisent en double rangées de pétales d’un violet éclatant contrastant sur un feuillage noir.

Les bulbes d’automne qui fleurissent  le printemps

Les bulbes d’automne sont les premiers à venir égayer la fin de l’hiver, avec des couleurs éclatantes ou des fleurettes discrètes, synonymes du printemps qui commence à pointer le bout de son nez. Associés à des bisannuelles ou à des vivaces, ils sont un repère temporel marquant, notamment pour les habitants, et vont habiller tout le printemps de leur fraîcheur et de leur apparente fragilité. Déjà bien connus des jardiniers, les tulipes des jardins sont souvent utilisées et reviennent au goût du jour, en arborant une allure plus “naturelle”. Comme nous le confie Isabelle Fourré de ‘Tulipes de France’, “on connaît moins les tulipes botaniques naturalisables, plus rustiques et pérennes, à l’image de la tulipe Saxatile, qui mesure 30 à 40 cm de haut. Chaque année, elle gagne en qualité de floraison et se multiplie, créant un fleurissement champêtre tout en délicatesse”. Pour Audrey Dubois de Graines Voltz, “les tulipes ‘Triomphes Hémisphère’ (H : 35 cm ; aux tons changeants blancs rosés) et les tulipes simples tardives et pluriflores ‘Sunshine Club’ (H : 50 cm ; tige de 5 à 7 fleurs d’un jaune à la fois doux et pétillant) sont deux belles nouveautés 2019”.

Autre nouveauté : les tulipes ‘Triomphes Hémisphère’, d’une hauteur de 35 cm, aux belles fleurs variant du blanc au rose foncé, apportant un bel effet naturel.

Les bulbes de printemps qui fleurissent l’été

La plupart des nouveautés concernent les bulbes de printemps qui fleurissent l’été aux côtés des plantes annuelles dans les massifs estivaux hauts en couleurs et en contrastes, ou bien dans les massifs durables de vivaces et d’arbustes. Ainsi, Tulipes de France, qui a d’ailleurs lancé une nouvelle gamme de dahlias ‘Bio’ appelée “Tout nouveau tout bio”, propose plusieurs variétés :
• lis double ‘Sweet Rosy’ : lis rustique (H : 80 cm) qui, planté à 10 cm de profondeur, passe très bien l’hiver dehors. Floraison rose blanc en juillet/août avec étalement possible jusqu’en octobre en plantant jusqu’à juillet ;
• dahlia nain double ‘Razzle Dazzle’ : port buissonnant (H : 70 cm) ne nécessitant pas de tuteurage, floraison de juillet à août de couleur rose pâle/rose bonbon, à planter de façon dense si massif monospécifique ou à mixer avec des annuelles.
Poursuivons sur les dahlias, notamment du côté de chez Ernest Turc, avec de nombreuses nouveautés pour ce genre :
• dahlia nain double ‘Terra Botanica’ : baptisé en 2017 en l’honneur du Parc Terra Botanica (49) en Anjou, ce dahlia présente un feuillage noir contrastant avec des fleurs rouge/orange corail. Grande floribondité de juillet jusqu’aux gelées, aspect compact et fleuri (H : 80 cm) ;
• dahlia ‘Nirvana’: fleurs d’un violet éclatant contrastant parfaitement avec le feuillage noir ;
• dahlia ‘Buisson Montreuil’ : nombreuses fleurs blanches au cœur jaune sur un feuillage vert franc, très florifère (H : 100 cm) ;
• dahlia nain double ‘Terra Bella’ : feuillage bronze et fleurs violettes, très florifère (H : 80 cm).
La société Verver Export a pour sa part développé la série de dahlias ‘Alfa-Zulu’. Cultivée de façon écologique, la gamme comprend des variétés à fleur simple avec un cœur ouvert, multipliées par bouture.

Il existe des tulipes pluriflores, c’est-à-dire dont la tige porte plusieurs fleurs, à l’image de la ‘Sunshine Club’, tulipe simple tardive d’un jaune doux chaleureux.

Des mélanges pour tous les goûts !

De nombreux mélanges sont désormais proposés par les producteurs et fournisseurs de bulbes : ils offrent un gain de temps non négligeable pour les agents communaux grâce à des compositions prêtes à planter, harmonieuses en termes de couleurs, hauteurs, étalement des floraisons… Ils permettent également un gain économique, en évitant d’acheter par petite quantité chaque variété de bulbes. Mono ou plurispécifiques, camaïeu ou contrastes de couleurs, il y en a également pour tous les goûts ! Chez Graines Voltz, on retrouve ainsi les mélanges décoratifs suivants :
• Apollon : mélange de tulipes à floraison précoce, fleurs doubles allant du blanc au rose teinté, robuste (H : 35-45 cm) ;
• Chronos : association de couleurs avec des jacinthes (du blanc au violet en passant par des teintes rosées et mauves) ;
• Boree : tulipes en mélange exotique d’orange tendre et de pourpre chaud très parfumé ; floraison dès fin avril ;
• Atlas : mélange de tulipes dans les teintes rosées relevées par un jaune chaleureux ;
• Triton : mix de tulipes Purple Prince et Zampa, aux couleurs délicates pour un mélange raffiné.
Tulipes de France présente d’autres mélanges tout en beauté :
• Tulipes Madison : floraisons en avril dans les teintes orangées/roses ‘tendance’, accentuées par les tiges sombres qui apportent un aspect sophistiqué, naturalisables, plantation mécanisée possible (H : 50 cm) ;
• Disco : mélange de tulipes et narcisses dans des tonalités de violet (H : 45 cm), floraison de mi-mars à début mai, grâce à deux variétés de tulipes plus ou moins précoces et de beaux narcisses ;
• Slow : mélange à l’aspect sophistiqué de jacinthes et tulipes aux teintes rosées relevées par des touches de blanc pur des narcisses Thalia (H : 25 à 50 cm), floraison de fin mars à début mai ;
• Nuit Etoilée : assortiment gracieux d’aulx ornementaux blancs et violets (H : 65 à 120 cm), floraison sur 3 mois, têtes séchées décoratives et graphiques.

Des mélanges plurispécifiques “prêts-à-planter” existent, comme le mélange Slow qui marie jacinthes, tulipes et narcisses.

Des mélanges pour la biodiversité

Au delà de leurs nombreuses qualités esthétiques, les bulbes peuvent aussi être un réservoir de nourriture pour la flore. Ainsi, Verver Export a développé le concept ‘Bees & Butterflies’ qui mêle des espèces de bulbes et variétés mellifères et pollinifères, telles que des dahlias à fleur simple, Liatris, Acidantheras ou encore anémones. Des annuelles, intéressantes pour les abeilles, papillons et autres insectes, y sont associées telles que des verveines et des cléomes. Livrés à la mi-mai, les kits de plantation couvrent une surface de 9 m2. Aussi, si vous voulez sensibiliser les habitants, la société propose un packaging promotionnel ‘Bee Wise’, composé de 25 bulbes à fleurs intéressants pour les pollinisateurs, à distribuer aux citoyens, associations…
Voici donc de quoi diversifier votre fleurissement, pimenter vos parcs et jardins et même offrir de la nourriture aux pollinisateurs !

Article du numéro de Mars 2019, abonnez-vous

Des vivaces pour vos pieds d’arbres

Il s’agit d’associer des vivaces aux intérêts saisonniers différents pour un embellissement toute l’année. Ici des géraniums sanguins sont accompagnés par des Euphorbia amygdaloides.

Végétaliser les pieds d’arbres fait aujourd’hui partie des pratiques durables et efficaces pour maîtriser ses coûts d’entretien tout en offrant des avantages multiples : infiltration des eaux de pluie, aération du sol, développement de la biodiversité…
Les plantes vivaces sont alors l’une des meilleures solutions en offrant de surcroît des espaces publics plus agréables et plus verts.

De nombreuses communes, que ce soit en milieu urbain comme rural, ont fait le choix de planter des vivaces aux pieds de leurs arbres. Ce choix est tout réfléchi : en optant pour des espèces compétitrices, au comportement couvre-sol, le désherbage fastidieux et répétitif de ces micro-espaces n’est plus qu’un lointain souvenir, avec seulement deux passages à prévoir par an pour contrôler, nettoyer, désherber, voire tailler. Une gamme végétale développée est à votre disposition, où les persistants sont privilégiés pour leurs intérêts au fil des saisons. Avec des feuillages graphiques, il s’agit alors de jouer avec leurs couleurs, formes, densités, textures…
Des conditions difficiles, des espèces résistantes
Les pieds d’arbres sont des surfaces sous contraintes : piétinement, tassement dû au passage de véhicules, sel de déneigement toxique pour la majorité des végétaux, absence d’arrosage, pollution… Le sol y est également souvent ingrat : compacté et séchant, souvent hétérogène, en concurrence avec le système racinaire des arbres, couramment ombragé… Il s’agit alors de choisir des espèces résistantes à la sécheresse, compétitrices et rustiques s’adaptant à ces conditions difficiles, afin de concurrencer au plus vite les adventices et de limiter ainsi le désherbage. Bien sûr, celles-ci doivent être adaptées au climat local, à la nature du sol et à l’exposition semi-ombragée ou ombragée qui dépend principalement de la hauteur du houppier (plus haut en ville et donc zone plus ensoleillée en pied d’arbre). Pour un entretien réduit tout au long de l’année (désherbage et propreté), il est recommandé de planter au moins la moitié en persistants : c’est eux qui assureront la présence permanente de végétation au pied de l’arbre. Enfin, il est bien d’associer plusieurs vivaces ensemble qui présentent différents intérêts selon les saisons (feuillages, floraisons, fructifications) afin que, en plus d’être ‘pratique’, cette végétalisation soit esthétique et attire l’œil des passants et automobilistes, participant alors à l’embellissement global de votre commune.

La plantation de vivaces en pied d’arbres présente de nombreux avantages : infiltration de l’eau de pluie, désherbage et nettoyage limité, plus-value esthétique, protection du collet…

Une diversité de vivaces
Voici donc quelques essences particulièrement adaptées aux conditions difficiles de pieds d’arbres, pour un investissement durable et une végétalisation pérenne de ces surfaces. Tout d’abord, voici une sélection de Thierry Simier, gérant des pépinières éponymes, qui nous propose des valeurs sûres pour sol séchant :
• Cerastium ‘Tapis d’Argent’ : persistante, bon couvre-sol qui se pare de jolies petites fleurs blanches de mai à juillet ;
• Ceratostigma plumbaginoïdes : caduc, pourvu de jolie fleurs bleues de août à octobre (H : 25-30cm). A éviter en pH acide ;
Delosperma cooperi : persistante, floraison mauve de juin à septembre (H : 10 cm), fonctionne en fosse de plantation continue, pas à proximité immédiate du système racinaire de l’arbre ;
• Erigeron karvinskianus : caduc, jolie floraison de mai à octobre (H : 30 cm) ;
• Euphorbia cyparissias : caduc (H : 30 cm) ;
• Geranium macrorrhizum : l’incontournable géranium vivace à la floraison abondante ! ;
• Helianthemum ‘Ben Mohr’ ;
• Stachys byzantina : couramment appelée oreille d’ours, persistante, très rustique (H : 60 cm).
De leur côté, les Pépinières du Buyet nous proposent une belle liste, entamée par Jean-Jacques Bouchut, ancien gérant qui nous a quitté au printemps dernier, et complétée par sa fille Mathilde Bouchut qui poursuit l’aventure familiale, avec des espèces répondant à tous ces critères :
• Acaena microphylla ‘Kupferteppich’ : persistante, tapis de 10 cm de haut, couvre rapidement les sols secs, voire caillouteux ;
• Achillea crithmifolia : tapis vert gris persistant de 10-15 cm, à floraison blanche estivale, pour exposition ensoleillée ;
• Anacyclus pyrethum var. depressus : persistant, fleurs en petites marguerites, craint l’humidité (H : 10 cm) ;
• Chamaemelum noble ‘Treneague‘ : cette camomille romaine est très tapissante (H : 5 cm), ne fleurit pas et résiste aux embruns ;
• Prunella grandiflora : persistante à floraison violette de 20 cm de haut, supporte le sec de façon passagère ;
• Phyla nodiflora var.canescens : excellent couvre-sol, dense et bas (H : 3 cm), très vigoureuse avec de petites fleurs de mai à août.
Mais aussi Frankenia laevis (pour exposition ensoleillée), Geranium ‘Biokovo’, ‘Karmina’ ou ‘Cambridge’ (pour sols plus frais) ; Hedera ‘Algerian Bellecour’, ‘Glacier’, ‘Starck’ et ‘Little Diamond’ ; Helianthemum ‘Ben Hope’ (persistante) ; Herniaria glabra (résiste très bien au piétinement) ; Teucrium lucidrys (sols maigres et secs, beau feuillage) ; Veronica filiformis, Vinca Acutiloba (une des rares couvre-sols capable de résister sous des cèdres où le sol est très acide) ou encore Waldsteinia ternata ou W. geoides (pour zone ombragée et résistant bien à la sécheresse).

L’Ellisophyllum pinnatum est une plante parfaite pour les pieds d’arbres frais et ombragés : avec un fort pouvoir couvrant, elle forme un beau tapis parsemé de petites fleurs blanches durant l’été.

Pour l’ombre et la mi-ombre
Guilhem Bost, directeur des pépinières Lepage, présente des espèces vivaces pour des situations de mi-ombre et d’ombre, avec un choix un peu plus large. Sur sol frais, les Carex au système traçant se développent bien (Carex oshimensis ‘Fiwhite’, Carex morrowii ‘Mosten’ ou ‘Irish Green’) tout comme l’Ophiopogon japonicus, au feuillage ressemblant à celui d’une graminée. De nombreuses vivaces persistantes ou semi-persistantes sont également à disposition et offrent comme avantage un entretien léger : suppression en fin de saison de toutes les parties sèches de la plante, telles que les heuchères ou le Brunnera macrophylla (très robuste au joli feuillage décoratif). Les Epimedium sont d’autres alliés de poids, car très résistants et dotés d’une bonne concurrence racinaire (Epimedium verticolor ‘Sulphureum’ aux jolies couleurs printanières et automnales, ou encore Epimedium cantabrigiense ou ‘Frohnleiten’). Les Liriope sont intéressants en couvre-sols : Liriope spicata aux touffes denses à souche traçante, Liriope muscari ou encore Liriope purpureum, tout comme le genre Tiarella (T. wherryi ou T. ‘Running Tiger’).
Sur les sols un peu plus frais, on peut planter Lamium maculatum ‘Chequer’s’, Lamiastrum galeobdolon ‘Hermann’s Pride’, Frageria vesca, Buglossoides purpurocaerulea ou encore Galium odoratum. Enfin, une petite nouvelle : Ellisiophyllum pinnatum. Elle aime des sols frais en situation ombragée et couvre rapidement le sol d’un beau tapis vert recouvert de petites fleurs blanches de juin à septembre.
Voici donc un beau panel de plantes vivaces adaptées à la végétalisation des pieds d’arbres. Pour limiter encore davantage le désherbage, vous pouvez pailler vos plantations ce qui, de plus, préservera une certaine fraîcheur en pied d’arbres (attention cependant aux possibles pourritures !).

Les géraniums vivaces, qui se développent en beaux tapis fleuris, sont une bonne solution pour les pieds d’arbres, à la fois esthétique et pratique (ici Geranium ‘Cambridge’).

Des avantages nombreux !

• Plus-value esthétique, avec un couvert végétal quasiment toute l’année ;
• désimperméabilisation des surfaces et infiltration
de l’eau de pluie ;
• maintien de l’humidité du sol limitant ainsi l’arrosage ;
• désherbage très limité ;
• aération du sol grâce aux bactéries aérobies et aux insectes ;
• limitation du compactage du sol grâce à la présence des racines des vivaces et à l’absence de piétinement des fosses de plantation par les piétons ;
• augmentation de la biodiversité par l’accueil de la faune et de la flore ;
• nettoyage des détritus limité par la densité de couverture du sol ;
• limitation des dégâts au collet et au tronc causés par le passage
de la débroussailleuse en cas d’engazonnement.

Les Delosperma cooperi, lorsqu’ils ne sont pas en concurrence directe avec le système racinaire comme ici, font très bien le travail sous un alignement d’arbres en bord de voirie.

Article du numéro de Février 2019, abonnez-vous

Végétalisation des terre-pleins, de nombreux avantages !

Depuis la limitation de l’usage des produits phytosanitaires, le désherbage des micro-espaces dispersés le long des voiries est devenu une tâche fastidieuse et peu sécurisante pour les employés municipaux. Pour pallier cela, la végétalisation est une bonne alternative en offrant à la fois moins de temps d’entretien, plus d’esthétisme et des avantages environnementaux nombreux.

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro de Janvier 2019, abonnez-vous

Belles grimpantes pour pieds de murs

L’utilisation de grimpantes pour végétaliser les pieds de murs, en milieu rural ou urbain, est une bonne alternative au désherbage mécanique de ces interstices sensibles à la pousse d’adventices. En ne demandant que peu de surfaces de plantation au sol, ces végétaux combinent à la fois protection et rafraîchissement des murs, désimperméabilisation du sol, esthétisme et biodiversité !

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro de Janvier 2019, abonnez-vous

Des végétaux pour fleurir les pieds de murs

Les raccords entre surfaces horizontales (trottoirs) et verticales (murs d’habitation, d’équipement) sont des lieux propices à l’installation des plantes indésirables. Au lieu de passer du temps
à désherber mécaniquement l’intégralité de ces longs linéaires, le choix de la végétalisation des pieds de murs est très intéressant en combinant verdure, écologie, esthétisme et création de lien social.

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro de Novembre-Décembre 2018, abonnez-vous

Ail, ail, ail… ça va faire mal !

Vous l’aurez sans doute remarqué, de grosses têtes rondes, graphiques et surprenantes, émergent chaque année un peu plus dans nos parcs, jardins et parterres… L’ail ornemental est devenu
un incontournable des massifs de vivaces, en assurant un bon relais entre les floraisons printanières et estivales, et ce n’est pas là son seul atout… Zoom sur ces bulbes aux nombreuses qualités.

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro d’Octobre 2018, abonnez-vous

Des essences résistantes qui attirent l’œil !

Envie d’épicer et d’éveiller vos massifs avec des espèces
qui marquent les esprits par des floraisons curieuses, des couleurs, des formes ou des textures particulières ? Les horticulteurs
et pépiniéristes proposent aujourd’hui de nombreuses espèces
et variétés, plus ou moins classiques ou originales, qui permettent un rendu réussi pour attirer et surprendre l’œil des habitants
et visiteurs.

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro d’Août-Septembre 2018, abonnez-vous

Bal de printemps : la valse des iris !

Quel plaisir de voir les iris fleurir les massifs et les jardins, apportant de la couleur au moment du printemps ! Peu exigeants sur la nature du sol et les besoins d’apport en eau, très rustiques, la diversité des variétés qui existent permet de végétaliser durablement vos espaces
sans dépenser ni trop de temps, ni trop d’argent !

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro de Juin-Juillet 2018, abonnez-vous

Les hortensias, des arbustes aux floraisons élégantes et variées

Originaires des continents asiatiques et américains, les hortensias offrent un large panel de couleurs avec des nuances variant du bleu intense au rose foncé, en passant par le pourpre et le blanc. Le genre Hydrangea présente des ports et silhouettes variés avec plus de 750 variétés cultivées. Ils fleurissent au cours de l’été entre fin mai et octobre, selon les variétés et apportent une touche de couleur aux aménagements paysagers.

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro de Mai 2018, abonnez-vous