Archives de catégorie : Mobilier

Barrières ‘jardinières’ :
un duo fleurissant !

Loué ou proposé à l’achat aux collectivités, le CityMur de CitéFlor est facile à mettre en place, à déplacer, à interchanger et à entretenir. Les endroits généralement privilégiés sont les cœurs de villes et les axes de circulation routiers.

Le mobilier urbain évolue en équipement mixte, incluant notamment du végétal. C’est l’exemple aujourd’hui des barrières ‘jardinières,’ appelées aussi barrières ‘fleuries’. De quoi embellir davantage nos villes et villages, tout en cadrant efficacement les circulations piétonnes et automobiles.

L’espace public est trop minéral ? Les habitants jugent que la ville manque de fleurs, que le mobilier urbain est trop prégnant ? Certes, mais comment concilier sécurité publique et besoin de nature en ville ? Des barrières servant de supports à des jardinières ? Oui, c’est possible, mais en regardant de plus près, cette association a ses limites, notamment en matière d’entretien et d’encombrement de l’espace public. Mais que les responsables des espaces verts se rassurent, il existe des solutions. En effet, des fabricants pour le moins ingénieux proposent aujourd’hui des barrières dites ‘fleuries’, pouvant être positionnées n’importe où, notamment là où les plantations de pleine terre sont difficiles au vu de l’espace restreint et des réseaux souterrains. Plus esthétique qu’une barrière standard, ce mobilier hybride a été imaginé et spécialement conçu pour accueillir de la végétation, annuelle et/ou pérenne. Une barrière fleurie n’est donc pas l’association d’une barrière et d’une jardinière, mais bel et bien un mobilier à part entière, dont le déploiement dans l’espace public ne cesse d’augmenter. Dans tous les cas, les citadins sont ravis que la ville fleurisse dans ses moindres recoins sans avoir nécessairement recours à des alignements de suspensions.

Alternance de barrières traditionnelles ‘Horizon’, caractérisées par un remplissage de lignes d’acier croisées, et de leurs homologues ‘fleuris’, où le remplissage habituel est remplacé par une jardinière. Conçues par Acropose, ces barrières créent un linéaire fonctionnel, ponctuellement fleuri

Généralités sur les barrières ‘fleuries’

A l’image d’une barrière standard, une barrière ‘fleurie’ se distingue généralement par une ossature en acier, galvanisé puis thermolaqué afin de résister à la corrosion. Souvent, des insertions en acier, sorte de tubes, sont prévues en partie basse ou médiane pour insérer et visser une jardinière dans l’axe vertical de la lice. Certains fabricants proposent en série des guides pour la pose d’éventuelles tubulures d’arrosage, dirigées tout droit dans les jardinières avec la plus grande discrétion. Par son côté chaleureux, noble et tactile, le bois (classe 4) peut être présent au niveau des lices.
Concernant la pose, les barrières ‘fleuries’ se fixent par scellement direct au mortier (carottage) ou dans des réservations en PVC. Sur dalle étanche, des barrières sur platine à cheviller au sol peuvent être utilisées. La profondeur de scellement est généralement de 200 mm (contre 100 mm pour un plot béton sur platine). Dans le cadre de barrières amovibles, des mécanismes en inox à sceller dans le sol avec un verrouillage par clé triangle font aussi partie de l’offre actuelle. “Le bon usage de la barrière ‘jardinière’, c’est de l’utiliser pour le guidage et la délimitation des flux de circulation, comme toutes les barrières, mais avec l’élément décoratif floral en plus. Elles doivent cependant être toujours installées de façon longitudinale par rapport au déplacement, pour ne pas faire obstacle. Beaucoup de communes les implantent en alternance avec des barrières simples, souvent d’une même gamme, pour rythmer et animer les rues” indique Ivan Nouaille-Degorce, dirigeant du fabricant de mobiliers urbains Acropose.
Question fleurissement, celui-ci est au bon vouloir du client : des géraniums, des surfinias ou bien encore des bégonias pour des compositions traditionnelles, des Coelus, des Lobularia, des Amarantes ‘queue de renard’… pour une création plus ‘dynamique’… Tout est possible.

Camouflé par une végétation dense planté dans sa structure, le CityMur de la société CitéFlor améliore considérablement le cadre de vie tout en proposant un mobilier urbain fonctionnel.

Le concept CityMur

Imaginé, conçu et végétalisé par la société CitéFlor, le
CityMur est un hybride entre une jardinière et un mur végétalisé repli de substrat. “C’est un concept modulaire de jardinières permettant l’implantation verticale de plantes afin de créer des garde-corps, des murets et des murs végétalisés. Il est facile à mettre en place, à déplacer, à inter-changer et à entretenir. Les endroits généralement privilégiés pour l’implantation des CityMur sont les cœurs de villes et les axes de circulation routiers mais également là où le maire souhaite attirer l’attention du public” indique Fabrice Boinard, directeur de CitéFlor et inventeur du concept. Loués ou proposés à l’achat aux collectivités, ces modules précultivés se composent d’un grillage en fil d’acier de 5 mm de diamètre, caractérisé par des mailles de 100 x 100 mm (où sont disposés les végétaux), d’un volume interne de terreau de 280 L et d’une réserve d’eau en aluminium de 30 L à leur base. Un géotextile recyclé, absorbant et résistant, permet d’accueillir les plantes et leur substrat. Ce mobilier est arrosé soit avec un système de goutte-à-goutte placé en surface, soit manuellement avec un tube drainant placé à mi-hauteur dans le CityMur qui, à n’en pas douter, a toute sa place sa place dans nos villes et villages.

A l’image du modèle ‘Dualis’ de la société Atech, un treillage métallique permet à des plantes grimpantes de prospecter le mobilier.

Potelets fleuris

Imaginez des potelets surmontés d’un pot métallique pouvant accueillir une plante de votre choix ! Ce serait parfait en centre-ville, là où les potelets s’avèrent indispensables pour cadrer discrètement le trafic piéton et routier… La société Chapotelet
a la solution. Adaptables sur des potelets existants ou spécifiques,
le ‘Chapotelet’ est disponible en une multitude de couleurs. Sa forme et son dessin ajouré peuvent varier en fonction de la demande. “Il est pourvu d’un système d’attache anti-vol et d’une réserve d’eau. La bague de serrage est adaptable à toutes les formes de potelet. S’il n’existe pas de potelet sur la zone à végétaliser, nous en avons créé un” indique Stéphane Cachelin, l’inventeur du système. Récompensé au concours Lépine International, le ‘Chapotelet’ devrait envahir les villes…

Article du numéro de Mai 2019, abonnez-vous

Plantes grimpantes : quel(s) support(s) ?

Habituellement en acier, des treillages sont disponibles en bois (pin des Landes traité autoclave ou iroko), comme ceux proposés par la société Treillage Martin. Les dimensions sont sur-mesure.

A défaut d’ériger un mur végétalisé ou d’augmenter la présence des massifs fleuris, faute de place disponible, des jardiniers sont de plus en plus nombreux à végétaliser des façades avec des plantes grimpantes. Pergolas, treillis métalliques, câbles tendus… sont autant de supports de végétalisation, design et fonctionnels, pour cadrer et faciliter le développement des rosiers, lierres, chèvrefeuilles ou autres glycines. Des œuvres exclusives et sur-mesure sont également très prisées pour leur capacité à structurer les jardins en 3D.

Les plantes prennent de la hauteur et habillent les façades. Plus qu’un effet de mode, c’est un besoin, une nécessité, transformant un espace de transit dépourvu de surfaces fleuries au niveau du sol, à l’image d’une rue ou d’une ruelle étroite, en une zone de confort, aussi bien sur le plan visuel que climatique. Car il est évident qu’un mur bétonné ‘nu’, ouvert sur la ville et aux yeux de tous, est bien plus disgracieux que le même mur prospecté par un cortège de rosiers grimpants ou de chèvrefeuilles en fleurs. Aujourd’hui, le végétal est un bien précieux pour rendre le bâti chaleureux et, ce qui ne gâche rien, fonctionnel sur le plan climatique. En effet, les plantes grimpantes comme tous les autres végétaux, captent le carbone atmosphérique, rejettent de l’oxygène, rafraîchissent localement l’atmosphère, y compris à l’intérieur des bâtiments… Et les plantes au feuillage persistant, à l’instar des lierres, sont d’autant plus actives !
Cependant, une plante grimpante ne l’est réellement qu’en présence d’une structure guidant harmonieusement son développement. C’est pourquoi, des fabricants proposent une multitude de solutions, toutes plus esthétiques les unes que les autres afin de rendre la ville plus verte et agréable.

Les arceaux de la société Métal Vert se prêtent à tous les styles et envies des collectivités. Alignés, ils forment, sur de plus ou moins longues distances, un passage habillé de rosiers, de jasmins… jusqu’à parfois créer de véritables tunnels, sortes de petites alcôves et de refuges intimes.

Les treillages
Pour beaucoup, les treillages ont l’unique vocation de servir le végétal, et non l’inverse. Ont-ils raison ou tort ? “Il y a deux avantages à opter pour un treillage : tout d’abord, cet équipement propose, par ses mailles, un support rigide, sans déformations, et bien adapté à la croissance de la plante. En ce qui concerne les solutions murales, un espace de 20 mm est d’ailleurs prévu entre le treillis et le mur, afin de donner la possibilité aux plantes grimpantes de s’installer aisément sur le support grâce à des entretoises. Autre avantage, en hiver, c’est le treillis décoratif et non la plante qui fait office d’embellissement du cadre de vie” indique Sabrina Brand, de la société Brand Conception, qui propose notamment les treillis muraux ‘Erable’, aux mailles ‘design’ en forme de vagues. Cette solution s’intercale également entre deux panneaux et/ou gabions décoratifs. Le rendu est moderne et hautement décoratif. De son côté, la société Jacksons Clôtures propose des treillis plastifiés noir (ou autres couleurs sur demande), de 700 mm d’épaisseur, dont la simplicité des formes est de rigueur. Objectif : transparence !
Généralement en acier, les treillages sont également disponibles en bois (pin des Landes traité autoclave ou iroko), et sur-mesure qui plus est, à l’image de ce que peut réaliser la société Treillage Martin. Vous demandez, ils fabriquent !

Adaptées à la végétalisation de grandes façades (car moins de perçages lors de la mise en œuvre), les structures ‘Webnet’ de Jakob sont constituées d’un filet métallique souple et flexible, reposant en périphérie sur des câbles tendus en inox.

Câbles et structures flexibles
“Il faut d’abord sélectionner les plantes grimpantes avant de choisir leur(s) support(s)” recommande Nicolas Dolbeau, directeur marketing et communication chez Jakob. “Opter pour des câbles est certainement la solution la plus simple à installer. Ils s’adaptent à la longueur des murs et à la hauteur souhaitée” indique-t-il, en parlant des produits ‘Green Solutions’. Concrètement, ces câbles en inox 316 L sont fixés au mur à l’aide d’entretoises, vissées dans un trou préalablement comblé de résine chimique. Aux angles des mailles, des anneaux en PVC permettent de resserrer efficacement les câbles. “Leur maillage est fonction de ce que souhaite le jardinier et du développement des plantes grimpantes. Par exemple, pour une plante qui prend 50 cm en un an, un maillage de 40 cm est suffisant. D’où l’importance de connaître les caractéristiques physiologiques des plantes grimpantes qui seront installées” précise-t-il. Autre solution proposée par la société Jakob : les structures ‘Webnet’, davantage adaptées aux grandes surfaces à végétaliser. Il s’agit ni plus ni moins d’un filet métallique souple et flexible, reposant en périphérie sur des câbles tendus en inox, vissés dans la façade (selon le même principe que Greens Solutions). “Cette solution nécessite moins de perçages. La mise en œuvre est cependant un peu plus complexe, car il faut ‘tricoter’ le filet sur les câbles extérieurs” précise-t-il.

A travers un réseau de mailles, un treillage, à l’image de celui proposé par la société Brand Conception, est un support adapté à la croissance des plantes grimpantes. En hiver, c’est le treillis et non la plante qui embellit le cadre de vie.

Des œuvres d’art,  supports à grimper
Outre les gloriettes, kiosques ou autres œuvres monumentales, appréciables aussi bien à l’état brut qu’en supports de végétaux, des entreprises, qualifiées d’artisanales au regard de leur savoir-faire, imaginent, conçoivent sur-mesure et proposent aux jardiniers des villes des structures d’un autre style : des arceaux, semblables à des pergolas. “D’allure moderne ou historique, les arceaux donnent au jardin un volume, une profondeur, un style” affirme Baptiste Joly, directeur de Métal Vert. Et tous les styles sont permis : tout d’abord, les arceaux cintrés, les plus classiques. Ils se caractérisent par deux montants verticaux (parfois habillés de tôles laser découpées), surmontés d’un arc de cercle, d’où se développent, par l’intérieur ou l’extérieur, les plantes grimpantes. Bien souvent, les jardiniers alignent les arceaux, marquant ainsi sur de plus ou moins longues distances un passage habillé de rosiers, de jasmins… Jusqu’à parfois créer de véritables tunnels, sortes de petites alcôves et de refuges intimes. Certains jardiniers disposent aussi les arceaux côte à côte, prospectés individuellement par une seule plante, histoire de mettre en valeur des collection de rosiers ou de clématites. Autant dire, l’idéal pour concevoir une roseraie ! En revanche, un arceau, seul, fait office de Torii, ces portes d’entrée japonaises dont la fonction est de séparer le monde physique du symbolique. Les arceaux en forme de ‘anse de panier’, dotés d’un double rayons de cintrage ou bien encore en forme de carène de bateau renversée, sont aussi prisés par les jardiniers.
Dans tous les cas de figure, les arceaux, au même titre que les pergolas et les gloriettes, structurent le jardin, créent du volume et embellissent. De quoi faciliter le développement des plantes grimpantes dans nos villes et villages !

Jacksons Clôtures mise sur l’efficacité, la simplicité et la transparence avec ce treillis métallique plastifié noir (ou autres couleurs sur demande), de 700 mm d’épaisseur.

Article du numéro de Mars 2019, abonnez-vous