Archives de catégorie : Sondage

SONDAGE

Un engouement pour les nichoirs à oiseaux

Vous êtes 100 % à avoir répondu que vous installiez des nichoirs
à oiseaux dans votre commune. Et pour cause : ceux-ci présentent de multiples avantages. Tout d’abord, l’installation de nichoirs permet de faire face à la diminution alarmante des populations d’oiseaux dans nos campagnes et, ainsi, de préserver notre biodiversité ordinaire. Autre avantage, et pas des moindres :
ils sont un moyen de lutter de façon biologique contre les ravageurs du patrimoine arboré et les nuisibles comme le moustique tigre. Enfin, la fabrication de ces nichoirs avec les enfants est un très bon moyen de les sensibiliser à la nécessité de préserver nos populations d’oiseaux. Ne nécessitant que peu de matériels et de moyens,
la fabrication de nichoirs permettra aussi d’impliquer les employés communaux et les jardiniers, qui prendront plaisir à partager
leur savoir-faire.

Sondage

Choix des espèces végétales : des critères multiples

Pour sélectionner les plantes qui composeront vos massifs et autres formations végétales, nombre d’entre vous prennent en compte plusieurs critères de choix. Tout d’abord, un faible besoin en entretien est recherché, afin de pouvoir continuer à développer les surfaces plantées à effectifs et moyens constants. Il est en effet primordial de mettre en regard ses moyens de gestion face aux choix de plantation, pour ne pas investir dans des plantations vouées à péricliter par manque d’entretien. Le besoin en eau est également un facteur de plus en plus intégré par les collectivités, pour faire face aux épisodes de sécheresse de plus en plus longs et récurrents. La rusticité est un autre élément de choix : il s’agit en effet de choisir des plantes qui résisteront aux températures négatives l’hiver. Enfin, il ne faut pas oublier l’esthétisme : un massif n’est pas simplement durable, il doit offrir des intérêts visuels aux usagers tout au long de l’année, avec une attention particulière à la durée de floraison, à la couleur des feuillages, à la présence de fruits décoratifs… Ainsi, ces différents critères sont pris en compte pour choisir une palette végétale durable, gage d’aménagements pérennes.

Le sondage

Le paillage végétal sur le devant de la scène !

Le résultat est sans appel. A la question « Privilégiez-vous un paillage végétal ou minéral ? », vous êtes 100 % à favoriser l’utilisation d’un paillage végétal plutôt que minéral. Pourquoi cela ? Les raisons sont multiples. Souvent moins cher, il permet d’enrichir le sol à moyen et à long terme. C’est aussi un formidable moyen de valoriser vos produits de taille d’arbustes et d’arbres, voire de tontes. Avec des étés de plus en plus chauds, le paillage végétal est également moins sensible que le minéral à la montée en température.

Sondage

Peu d’inventaires de biodiversité communale engagés

La réalisation d’inventaires de biodiversité communale, à l’image des Atlas de Biodiversité Communale (ABC), sont encore des outils et supports méconnus des communes, alors qu’ils présentent plusieurs intérêts. Ce sont des relevés faunistiques et floristiques des espèces animales et végétales présentes sur votre commune, qui permettent de connaître la biodiversité que vous accueillez. Une fois que l’on connaît, on peut agir pour favoriser la biodiversité, en offrant par exemple des lieux propices à l’installation de nouvelles espèces, ou encore en adoptant ses pratiques de gestion (passage de la tonte à la fauche, espacement ou rapprochement des fauches…). Autre atout : il est peut être réalisé de façon participative avec les habitants, ce qui permet de créer des animations dans la commune, de favoriser le lien social et de sensibiliser les citoyens à la biodiversité ordinaire, aux pratiques de gestion écologique…

Le sondage

Amendements organiques et paillage pour la fertilité des sols

A la question « Quelle solution privilégiez-vous en premier afin d’améliorer la fertilité de vos sols ? », vous sollicitez majoritairement les amendements organiques (60 %) et le paillage (40 %). Ce dernier, souvent issu des tailles d’arbustes et d’arbres, favorise le recyclage de la matière et permet des économies. Les amendements organiques, apportés à la juste quantité, sont également un bon moyen pour améliorer la fertilité des sols en agissant sur la structure et la vie du sol, sans apporter d’éléments nutritifs. Les biostimulants sont quant à eux peu sollicités : en favorisant une meilleure utilisation des nutriments par les plantes, les biostimulants ont pourtant un impact très positif sur l’environnement. Ils contribuent, notamment à la réduction des émissions de gaz à effet de serre (via la meilleure utilisation de l’azote par exemple).

Le sondage

Récupérer les eaux de pluie, une solution sollicitée massivement

Oui 100 %
Non 0 %

A la question « Pensez-vous à installer des dispositifs de récupération des eaux de pluie ? », la tendance est largement en faveur de ces procédés économes. En effet, ils permettent de récolter et de stocker les eaux de pluie lors des évènements pluvieux, pour une réutilisation comme eau d’arrosage des massifs ou encore pour le lavage des véhicules de services. Plus la contenance sera grande, plus le dispositif (cuve à l’air libre, cuve enterrée, bassin réservoir, structure alvéolaire enterrée…) permettra une autonomie en eau, ce qui est un argument de poids face aux épisodes de sécheresse de plus en plus longs.

Sondage

L’arbre fortement sollicité !

A la question « Réfléchissez-vous à développer votre patrimoine arboré dans les années à venir ? », la réponse est unanime. Vous êtes en effet tous enclin à planter des arbres dans les prochaines années au sein de votre commune et vous avez raison ! En effet, l’arbre offre de multiples bienfaits : rafraîchissement local de l’air, ombrage, captation de C02 et de particules fines (PM 10), biodiversité, repère pour les habitants, présence durable… Aussi faut-il le planter bien (dimensions des fosses de plantation confortables, espèces adaptées aux conditions de sol et de climat, substrat de qualité, suivi d’arrosage pendant au moins deux ans…) et le planter aujourd’hui différemment. C’est-à-dire diversifier sa palette d’arbres avec des espèces et des variétés diverses, des formes et des développements différents, afin de limiter le développement de certains ravageurs. Mais aussi tester et choisir des espèces plus résistances aux sécheresses, pour affronter les années à venir.

Sondage

A la question « Avez-vous mis en place l’écopâturage sur certains des espaces de votre commune ? », près de la moitié des communes répondantes affirme avoir recours à l’écopâturage pour gérer certains espaces verts communaux. Cette pratique permet en effet de gérer à moindre coût, et de façon écologique (pas de bruits ni d’odeurs de moteurs !), des espaces verts à dominante naturelle. De plus, en milieu rural, cette pratique correspond bien à l’identité agricole et remet au goût du jour le travail du « berger ». Une des bonnes formules est en effet de passer une convention avec un éleveur ou un berger : la commune a en charge l’installation des clôtures et la maintenance du site, tandis que le berger s’occupe des animaux (soins, alimentation…).

Sondage

Embellissement : le bénévolat a toujours le vent en poupe !

Vous êtes nombreux à déclarer la dynamique bénévole engagée sur votre commune pour un embellissement partagé des espaces publics. Et vous auriez tort de vous en priver. En effet, le « fleurissement partagé » présente un vrai potentiel pour développer du lien social et de l’animation dans les rues d’une commune rurale. En impliquant de nombreuses « petites mains » bénévoles, pour le fleurissement comme pour la gestion des espaces plantés, l’embellissement partagé permet de gérer les espaces verts communaux, et notamment les trottoirs qui représentent un important linéaire, ce qui est un vrai atout pour une équipe communale au budget et aux moyens humains contraints.

Sondage

Les bienfaits des plantes allélopathiques encore méconnus

A la question « Utilisez-vous des plantes allélopathiques pour limiter le désherbage de vos massifs ou pieds d’arbres ? », très peu d’entre vous répondent positivement. Celles-ci présentent pourtant des atouts de poids face aux diverses contraintes actuelles de gestion : en effet, leurs propriétés phyto-toxiques en font de formidables alliées pour lutter contre les plantes indésirables. Avec la plupart du temps un profil de plantes méditerranéennes (aromatiques, feuillage odorant, port couvre-sol, résistance à la sécheresse), elles permettent de lier esthétisme, biodiversité et économie de moyens humains et de ressources. Et lorsque la plupart d’entre vous répond non, c’est peut-être aussi parce que vous ne savez pas que le thym, l’origan, le romarin, certaines cistes ou encore la lavande sont des espèces allélopathiques !