Archives de catégorie : Sondage

Des massifs estivaux réalisés à temps

Vos massifs estivaux ont-ils pu être mis en place à la date prévue initialement ?

Suite à la période de confinement qui a réduit les équipes afin de respecter les mesures de distanciation sociale, on pouvait s’attendre à un retard, voire une annulation, de la mise en place des massifs estivaux. Or, il semble que les communes gardent comme priorité le fleurissement, notamment pour redonner du baume au cœur aux habitants après cette période difficile et offrir un cadre de vie et de vacances de qualité. Ainsi, la moitié des communes répondantes a mis en place à la date prévue leurs massifs estivaux de plantes fleuries. La seconde moitié a légèrement différé leur plantation (1 à 3 semaines) afin de gérer, en premier lieu, les urgences liées à la diminution des effectifs durant la période de confinement (désherbage de la voirie et des cimetières, tonte des parcs et jardins en cœur de ville…).

Sondage

Automatisation de l’arrosage : une tendance de plus en plus forte

Alors que chacun d’entre nous se plaît à cette liberté retrouvée, et aux déambulations dans la nature, l’époque de confinement que nous avons vécu a requestionné nos façons de faire et de jardiner. C’est notamment sur l’arrosage que s’axent les réflexions prioritaires des jardiniers, des arbres et d’autres végétaux ayant péri dans certaines communes en France. En effet, le manque de précipitations, couplé au confinement et à la réduction des effectifs, a malheureusement engendré des pertes, notamment chez les arbres et arbustes plantés en bacs. Pour éviter cela, des périodes de confinement pouvant se reproduire, l’automatisation de votre arrosage (goutte-à-goutte, asperseur, tuyère…) est aujourd’hui gage de plantations autonomes en eau en cas de coup dur.

Sondage

Depuis le déconfinement, vous avez axé vos opérations prioritaires sur le désherbage, les tontes et fauches des surfaces enherbées, et les plantations (annuelles et/ou pérennes), ces dernières devant idéalement se faire avant les grandes chaleurs prévues pour cet été. Aussi, nombre d’entre vous ont priorisé les espaces d’intervention : les accompagnements de voirie, les cimetières, puis les parcs, jardins et squares sont les premiers à être entretenus, notamment pour répondre aux exigences des usagers. Concernant les tailles d’arbustes et d’arbres, vous êtes nombreux à envisager de les reporter à l’automne (attention aux tailles estivales en vert pour les arbres !), voire de les annuler pour cette année. Sinon, pour l’arrosage, la plupart des collectivités ont maintenu cette activité pendant le confinement pour assurer la survie des jeunes plantations.

sondage

Un report généralisé des plantations de printemps

A la question “Comment avez-vous géré vos plantations de printemps (arbres, arbustes, vivaces) ?”, la plupart d’entre vous ont décidé de reporter les plantations initialement prévues à l’automne, afin de gérer les urgences concernant l’entretien des espaces verts. En effet, même si le déconfinement est enclenché, les mesures sanitaires de distanciation sociale sont toujours d’actualité, contraignant alors les équipes à travailler en effectif réduit. Cependant, les plantations peuvent également s’effectuer durant le mois de juin, voire juillet et août, à condition de bien respecter les règles de l’art en matière de plantations (paillage, arrosage…).

SONDAGE

Une diminution du fleurissement estival pour pallier la crise

Face au contexte actuel, nombre d’entre vous ont décidé de diminuer leur fleurissement estival initialement prévu. En effet, la préparation des massifs, puis la mise en place des annuelles doivent se faire au moment même du déconfinement, alors que les mesures de distanciation seront toujours de mise et, cela, sûrement encore pendant de nombreuses semaines. Et que la plupart des communes ont fonctionné en effectifs réduits ces dernières semaines, limitant la main d’œuvre disponible. Aussi, la plupart des communes vont retarder et étaler la période de plantation pour faire face à la diminution de main d’œuvre.

Enfin, quelques communes ont décidé d’annuler tout fleurissement annuel, en lien avec un changement de pratiques déjà bien amorcé depuis quelques années visant à limiter très fortement ce type de fleurissement, au profit de massifs pérennes de vivaces.

 

 

 

Sondage

A la question “Continuez-vous à assurer un service minimum quant à la gestion des espaces verts ?”, la majorité d’entre vous ont répondu oui.

En effet, les petites communes, souvent pourvues d’un unique agent pour réaliser les divers travaux d’entretien de la commune, subissent moins les mesures de distanciation entre agents. Les villes sont elles davantage touchées par cette crise : les équipes doivent être réorganisées en effectifs réduits pour limiter la propagation du virus. L’arrêt d’activités et de livraisons de bon nombre de fournisseurs limite également le fonctionnement normal des services espaces verts.

 

Sondage

Les annuelles, toujours sur le devant de la scène

Malgré les étés chauds et secs qui se répètent, et qui ont poussé l’année dernière certaines communes à arracher leurs massifs saisonniers, les collectivités sont encore nombreuses à solliciter les annuelles pour égayer les massifs et accompagner la belle saison. Cela n’est pas incompatible avec les sécheresses, pourvu que l’on ait diminué les points de fleurissement saisonnier et hors-sol aux points stratégiques, afin de pouvoir assurer un arrosage sur l’ensemble des points de fleurissement (arrosage tôt le matin ou la nuit, récupération des eaux pluviales, forage…). L’apport de paillage est à ce titre très pertinent, en limitant l’évaporation de l’eau du sol. Aussi, l’élaboration d’un substrat à haute rétention d’eau est nécessaire. Enfin, les horticulteurs développent des gammes d’annuelles plus résistantes à un manque d’eau, afin de limiter les arrosages au strict minimum.

Sondage

Un budget dédié aux espaces verts qui augmente
Les résultats du premier tour des élections municipales, qui certes se sont déroulées dans un contexte particulier, témoignent de l’engouement des citoyens pour plus de nature en ville, d’espaces verts, de jardins… les écologistes sortant en tête dans de nombreuses communes, notamment dans les grandes métropoles. L’augmentation de la part dédiée aux espaces verts dans les budgets d’investissement des communes répond donc à ce besoin des habitants de se reconnecter au vivant, notamment pour les bienfaits sanitaires et climatiques que procure le végétal. Face à ces investissements pour plus d’espaces paysagers en ville, il est également important d’augmenter le budget de fonctionnement afin que les espaces créés soient gérables par les collectivités.

Sondage

Les carrés potagers rencontrent de plus en plus de succès !

Vous êtes de plus en plus nombreux à installer des carrés potagers dans différents endroits de votre commune. Cela répond à la demande grandissante de la part des citoyens de se rapprocher de la nature et de la terre, de jardiner et de cultiver ses propres légumes et fruits. De plus, les carrés à planter sont de bons supports pédagogiques : ils permettent de sensibiliser petits et grands aux bonnes pratiques de jardinage et favoriser le lien social. Ces bacs, la plupart du temps constitués de bois, peuvent être créés en régie par les agents, notamment lors des périodes plus creuses d’activité. Plusieurs entreprises françaises proposent également des systèmes ingénieux et faciles à installer, “prêts à poser”, et 100 % fabriqués en France.

Sondage

L’éclairage nocturne, une problématique encore peu considérée

 A la question “Envisagez-vous de mettre en place un plan d’éclairage nocturne économe ?”, très peu de personnes ont répondu, ce qui ne permet pas de dégager de tendance. Cependant, on peut supposer que ce faible nombre de réponses montre que peu de communes s’intéressent à cette question pourtant primordiale. En effet, la pollution lumineuse est un vrai sujet d’actualité, notamment face au déclin de la biodiversité ordinaire à l’œuvre. Le sur-éclairage systématique des différents espaces et l’existence de matériel d’éclairage ancien, qui diffuse la lumière vers le haut et dans toutes les directions, gêne les déplacements d’espèces animales nocturnes. De plus, dans un contexte énergétique compliqué, la mise en place d’un éclairage réfléchi, différencié selon les espaces, est une réponse aux consommations énergétiques qui permet, de plus, d’économiser parfois jusqu’à 70 % des dépenses d’éclairage, alors même que cet éclairage public représente en moyenne 41 % du budget énergétique des communes. Alors, lancez-vous : renouvelez votre parc d’éclairage avec des dispositifs plus économes et repensez l’éclairage systématique de vos espaces.