L’architecte Thierry Dubuc a imaginé un bâtiment public et ses abords en un ensemble verdoyant, où le béton a autant droit de cité que le végétal. Une interpénétration entre nature et formes urbaines qui préserve un cadre paysager de qualité, à la fois esthétique et perméable.

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro de Mars 2019, abonnez-vous

Fontanil Cornillon : quand le béton dialogue avec la verdure

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *