© Christophe Gaye

Actuellement, les plantes grimpantes ont la cote. Et elles ont de quoi… En effet, leurs avantages sont nombreux, tout cela en étant faciles d’installation et d’entretien. Grimpant naturellement sur une paroi verticale ou aidées par des structures “guide” (pergola métallique, treillis bois, câble inox…), elles sont parfaites pour embellir un lieu où l’espace aérien et souterrain vient à manquer mais aussi pour masquer subtilement un élément urbain disgracieux (container poubelles, poteau électrique hors-service, armoire technique, abribus…). De plus, dans un contexte climatique où les étés sont de plus en plus chauds et où les milieux bâtis deviennent des fournaises, elles participent, à leur échelle, à rafraîchir l’atmosphère. Elles peuvent également offrir des petits fruits qui feront le régal des habitants et des oiseaux, ainsi que des fleurs pour les pollinisateurs !

Ainsi, de nombreuses collectivités en installent dans les rues commerçantes, le long des routes circulées et/ou piétonnes étroites du centre du village ou encore en pied de façades des maisons, parfois dans le cadre d’opérations de fleurissement participatif, telle qu’un “permis de végétaliser”.
Pour une végétalisation réussie à base de plantes grimpantes, voici un éventail de choix selon l’espace disponible, avec des feuillages et floraisons variés, proposés par plusieurs pépiniéristes spécialistes des grimpantes.

© Javoy Plantes

Grandes grimpantes
Certaines espèces de grimpantes présentent un grand développement permettant de végétaliser de vastes parois verticales. Elles sont à réserver aux trottoirs d’une largeur suffisante, afin de ne pas gêner la circulation des usagers.
En voici quelques-unes :

• Campsis, les bignones (jusqu’à 10 m de haut) : pour les endroits ensoleillés, rustiques jusqu’à – 10° C quand elles sont abritées du vent. “Ces grimpantes vigoureuses, qui ne nécessitent aucun traitement, offrent une floraison estivale exceptionnelle de juillet à septembre particulièrement appréciée des butineurs. Une fois bien installée, elles sont résistantes à la sécheresse (bien arroser la 1ère année, puis par la suite si forte chaleur)” explique Michel Dutour des pépinières Dutour (Saint-Alban-du-Rhône,38). Et Marie-Laure Rauline, de Javoy Plantes (Saint-Cyr-en-Val, 45), d’ajouter : “Bignonia capreolata est l’une des rares grimpantes persistantes (H : 6 m), à la floraison colorée, rustique jusqu’à – 15° C et à l’abondante floraison parfumée” ;

• hortensias grimpants (3 à 8 m) : ce sont “Les” plantes grimpantes pour l’ombre ! A l’image de “Hydrangea ‘Winter Surprise’, semi-persistant et très couvrant, intéressant avec ses feuilles qui s’enroulent sur elles-mêmes à l’automne et prennent une belle coloration rouge foncé. La variété ‘Seemanii’, est l’une des seules véritables persistantes” précise Arnaud Travers, gérant des Pépinières Travers (Saint-Cyr-en-Val, 45)

© Javoy Plantes

• Parthenocissus, les vignes vierges (H : jusqu’à 10 m) : parmi ces espèces caduques, on trouve “P. quinquefolia, robuste et puissante (H : 8 à 10 m), qui prend une belle teinte jaune doré toute la saison” poursuit Arnaud Travers. “Des variétés moins poussantes existent comme P. tricuspidata ‘Lowii’ (H : 3 m), aux couleurs flamboyantes en automne” ajoute Marie-Laure Roline. Enfin, “la variété ‘Robusta’, avec son feuillage rouge vif à l’automne, est parfaite pour végétaliser un mur. Il convient de la tailler en début d’année car elle est très volubile” continue Michel Dutour ;

Wisteria, les glycines
(H : 6 à 10 m) : ces plantes vigoureuses et volubiles, caduques et à la floraison odorante, sont idéales pour couvrir les tonnelles. Attention cependant à leurs puissantes lianes qui déforment gouttières et rambardes. Espèces et cultivars pour les plus petits espaces
Certaines espèces ou cultivars créés par les obtenteurs présentent une taille variable pouvant s’adapter aux grands comme aux petits espaces.  A l’image des :

• Clematis, les clématites : originaires de toutes les latitudes. Par leur diversité, elles peuvent être installées dans toutes les régions. Parmi les cultivars intéressants, les pépinières Javoy Plantes “viennent de lancer ‘Sugar SweetTM’ (H : 2,5 m), qui est la première clématite à grandes fleurs parfumées (odeur de miel)”. Les pépinières Travers ont innové avec ‘Nancy, Jour de la Terre®’, un cultivar court (H : 1 à 1,5 m) résistant jusqu’à – 30° C. Disponible en livraison à partir de mai 2020, 1 € par vente sera versé au fonds du Jour de la Terre pour la revégétalisation et la création de murs végétaux verticaux dans les zones urbaines ;

© Pépinières Travers

• Hedera, les lierres : la rusticité par excellence ! “Vigoureux, ils permettent une végétalisation des murs à la fois rapide et esthétique, avec des variétés aux feuilles lumineuses, petites ou grandes. De plus, leurs fleurs sont très mellifères” souligne Michel Dutour. “Avec certaines variétés atteignant facilement 10 à 15 m de haut, il existe aussi des variétés plus petites comme ‘Glacier’ (H : 3 à 5 m, feuilles marbrées de gris vert et d’argent) ou ‘Shamrock’ (élégantes petites feuilles vertes décoratives)” précise Arnaud Travers. Sans oublier le lierre ‘Goldchild’ (H : 2 à 3 m), à la végétation dense et occultante, préconisé par Javoy plantes qui a, par ailleurs, développé un moteur de recherche intelligent sur son site pour trouver les grimpantes adaptées aux contraintes et usages des professionnels du végétal ;
• Lonicera, les chèvrefeuilles grimpants (H : 2 à 10 m) : semi-persistants à persistants, très poussants, florifères et odorants. “A la fin de l’hiver, on peut les tailler à 20 cm du sol, ils repartiront de plus belle au printemps suivant. Plusieurs variétés sont intéressantes, parmi lesquelles Lonicera Caprilia® Ever ‘Inov42’ ; L. ‘Copper Beauty’ (feuillage vert et bronze pourpre sur les jeunes pousses) ; L. Caprilia® Imperial ‘Inov86’ (grande couronne de fleurs blanches et rouges très parfumées) ; L. japonica ‘Hall’s Prolific’ (marcescent, nombreuses petites fleurs blanc crème très parfumées, se taille très bien au taille-haie)” précise Arnaud Travers. “Sans oublier L. similis var.delavayi, l’un des seuls chèvrefeuilles à la fois persistant et parfumé” note Marie-Laure Rauline ;
• Trachelospermum, jasmins : feuillages persistants, résistants jusqu’à – 10 ° C, qui se ‘tricotent’ bien. “Le jasmin étoilé, Trachelospermum jasminoides, offre des petites étoiles très parfumées. Le feuillage vert brillant très élégant de la nouvelle variété ‘Winter Ruby® Trared’ (H : 2 à 3 m) devient rouge profond. A noter que les feuillages persistants font office de dispositif anti-tags assez efficace !” termine Arnaud Travers. Et Marie-Laure Rauline d’ajouter : “le T. ‘Variegatum’ offre un feuillage panaché vert et blanc et des fleurs très parfumée”.

© Pépinières Travers

Voici donc de quoi diversifier vos plantations, pour embellir et rafraîchir les rues de votre village, bourg ou ville ! Entre feuillages persistants, qui masquent un élément disgracieux ou protègent un mur d’éventuelles incivilités, et feuillages caducs, qui offrent à la fois ombrage l’été aux terrasses de café ou aux bancs et lumière l’hiver, lancez-vous !

Grimpantes : rafraîchir
et embellir nos rues !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *