L’heure est belle et bien à la diminution du fleurissement hors-sol. Pourquoi cela ? Car les saisons sans pluie sont de plus en plus longues, les étés de plus en plus chauds, que des économies de ressources, et notamment d’eau, sont recherchées en lien avec
les préoccupations environnementales et que, de surcroît, les moyens des communes diminuent. Sans supprimer tout votre fleurissement hors-sol, il s’agit d’identifier les lieux où celui-ci
n’est plus nécessaire et ceux où il est indispensable !

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro d’Avril 2019, abonnez-vous

La jardinière de trop ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *