« La réussite de tout projet démarre à l’enfance. Et l’enfance, en réalité pour nous, c’est la graine ou la bouture. Nous le savons, nous avons mené différentes expérimentations et tout démarre ici : avec l’infiniment petit. Il faut absolument se préoccuper de cette étape. Et c’est pourquoi nous sommes heureux de signer une convention avec l’interprofession des semences, le GNIS. Elle nous permettra de développer différents programmes : celui de la promotion du jardinage à l’école, auprès des enfants. Ceux à destination des consommateurs, ou ceux à destination des collectivités. C’est un programme ambitieux et qualitatif que nous engageons » a déclaré Mikael Mercier, président de Val’Hor, dans le cadre de la signature d’une convention cadre avec le GNIS, en présence de François Desprez, son président.

La phrase

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *