© crédit : Commune de Courchevel

A partir de la plus grande base de données d’insectes pollinisateurs jamais constituée, une équipe de chercheurs français ont étudié les changements de période de vol de 2 000 espèces de pollinisateurs entre 1960 et 2016 dans 20 pays européens. En raison du réchauffement climatique, il apparaît que les pollinisateurs volent environ 6 jours plus tôt et deux jours de moins en moyenne.
En France, par exemple, le pic d’activité des insectes pollinisateurs est désormais début juillet, contre mi-juillet dans les années 60.
Ces réponses varient spatialement : elles sont très fortes dans le sud-ouest de l’Europe mais quasi nulle au nord. Des conséquences, à priori négatives, sont à prévoir sur la pollinisation des cultures et des fleurs sauvages. Une menace qui vient s’ajouter au fort déclin des pollinisateurs observé ces 40 dernières années, principalement dû aux pesticides et à la destruction des habitats.

Réchauffement climatique et diversité des pollinisateurs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *